Aller au contenu principal

Laboratoire de la finance africaine

Nigéria

Aperçu 2022
Taux de croissance du PIB en volume ( %) : -1.617
PIB (milliards USD) : 555.346
Population (milliers) : 216.747 
Sociétés Cotées à The Nigerian Stock Exchange
Performance économique et perspectives

L’économie du Nigéria est entrée en récession en 2020, inversant trois années de reprise, en raison de la chute des prix du pétrole brut due à la baisse de la demande mondiale et des mesures de confinement prises pour lutter contre la propagation de la COVID-19. Ces mesures de confinement ont principalement touché l’aviation, le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, le secteur manufacturier et le commerce. La contraction de ces secteurs a compensé l’expansion induite par la demande des services financiers, des technologies de l’information et de la communication. La Banque estime que le PIB réel global a diminué de 3 % en 2020, bien que les mesures d’atténuation prévues dans le programme de viabilité économique (ESP ou Economic Sustainability Program) aient permis d’éviter que la baisse soit bien plus importante. L’inflation a grimpé à 12,8 % en 2020, contre 11,4 % en 2019, alimentée par la hausse des prix des produits alimentaires due aux difficultés d’approvisionnement du marché intérieur et aux répercussions d’une prime de change qui a augmenté à environ 24 %. La suppression des subventions aux carburants et l’augmentation des tarifs d’électricité ont accentué les pressions inflationnistes. La Banque centrale du Nigéria a réduit le taux directeur de 100 points de base, à 11,5 %, pour soutenir une économie en perte de vitesse. Le déficit budgétaire, financé principalement des emprunts nationaux et étrangers, s’est creusé, passant de 4,3 % en 2019 à 5,2 % en 2020 et reflétant les pressions des dépenses liées à la pandémie et la baisse des recettes. La dette publique totale s’est établie à 85,9 milliards de dollars US (25 % du PIB) au 30 juin 2020, soit 2,4 % de plus qu’à la même période un an plus tôt. La dette intérieure représentait 63 % et la dette extérieure 37 % de la dette totale. Les paiements élevés au titre du service de la dette, estimés à plus de la moitié des recettes collectées au niveau fédéral, constituent un risque budgétaire majeur pour le Nigéria. La position des opérations courantes devrait rester déficitaire à 3,7 % du PIB, pénalisée par la chute des recettes pétrolières et la faiblesse des flux financiers extérieurs. (Télécharger Analyse détaillée Source : Rapport Perspectives Economiques en Afrique 2021; AfDB)

Marchés financiers

A la fin de l’année 2016, le secteur bancaire du Nigeria représentait un total actif de 105 Md$.

A la fin de l’année 2017, les montants des crédits distribués aux entreprises représentaient 47 Md$, et plus largement les crédits au secteur privé 62 Md$.

La bourse du Nigéria comptait 172 sociétés cotées, représentant, à la fin de l’année 2017, une capitalisation boursière de 21.9 Md$.

Les fonds levés et les montants investis par le private equity ont représenté respectivement 10 M$ et 354 M$.