Aller au contenu principal

Laboratoire de la finance africaine

Guinée-Bissau (UEMOA)

Aperçu 2022
Taux de croissance du PIB en volume ( %) : 5.093
PIB (milliards USD) : 1.721
Population (milliers) : 1.896 
Sociétés Cotées à BRVM
Performance économique et perspectives

Les mesures de confinement mises en place pour limiter la propagation de la pandémie de COVID-19 ont retardé la dynamique de croissance de la Guinée-Bissau. En 2020, le PIB réel s’est contracté de 2,8 %, inversant une accélération constante depuis 2015, inférieur aux 4,5 % enregistrés en 2019. Ce taux est le plus bas depuis le coup d’État de 2012, où l’économie s’était contractée de 2,0 %. L’économie bissau-guinéenne, basée sur l’agriculture, dépend des exportations de noix de cajou, qui ont été le principal facteur à l’origine de ce retournement de la croissance. En effet, les mesures de quarantaine et la fermeture des frontières dues à la pandémie ont provoqué la baisse des prix et des ventes de noix de cajou. Le choc de l’offre sur les prix des produits de première nécessité, conséquence de la pandémie, a entraîné un taux d’inflation de 1,9 % en 2020, qui reste toutefois inférieur au critère de convergence de 3 % de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Le déficit budgétaire s’est creusé jusqu’à 7,8 % du PIB en 2020, contre 4,6 % en 2019, du fait de la crise qu’a connue le commerce de la noix de cajou, source importante de revenus. Les restrictions commerciales ont également aggravé le déficit du compte courant, qui en 2020 est de 11,4 % du PIB, contre 8,5 % en 2019, et 1,6 % en 2018. (Télécharger Analyse détaillée Source : Rapport Perspectives Economiques en Afrique 2021 ; AfDB)

Marchés financiers

En tant que membre de l’UEMOA, la Guinée-Bissau est membre de la Bourse Régional des Valeurs Mobilières (BRVM), qui compte 59 sociétés cotées, représentant, à la fin de l’année 2017, une capitalisation boursière de 16.3 Md$.

A la fin de l’année 2016, le secteur bancaire de l’UEMOA représentait un total actif de 36 Md$.

Le montant des crédits distribués au secteur privé en 2017 est de 30 Md$.

Les montants investis par le private equity ont représenté 103 m$.

Pour aller plus loin