Aller au contenu principal

Laboratoire de la finance africaine

Algérie

Aperçu 2022
Taux de croissance du PIB en volume ( %) : 3.3
PIB (milliards USD) : 168.195
Population (milliers) : 45.799 
Sociétés Cotées à Bourse d'Alger
Performance économique et perspectives

La pandémie de COVID-19 a eu des répercussions importantes sur l’économie algérienne en 2020. Outre ses conséquences néfastes sur le plan sanitaire, la pandémie est venue aggraver d’autres facteurs négatifs, tels que la chute du prix du pétrole, ce qui a plongé l’économie algérienne dans la récession. Le PIB réel a baissé de 4,7 % en 2020, après une très faible croissance de 0,8 % en 2019. Les mesures mises en place pour contenir la COVID-19 ont eu de sérieuses répercussions sur les secteurs des services et de la construction, qui ont connu de nombreuses suppressions d’emplois. La baisse des recettes d’exportations de pétrole et de gaz a contribué à creuser davantage les déficits publics et externes. Ainsi, le déficit budgétaire a plus que doublé, passant de 5,6 % du PIB en 2019 à 13,6 % en 2020, sous la pression combinée d’une chute des recettes des hydrocarbures qui représentent une large part des recettes publiques, et des dépenses publiques importantes afin d’atténuer les retombées économiques de la crise sanitaire. Le déficit de la balance courante a également augmenté, passant de 10 % du PIB en 2019 à 14,8 % en 2020, en raison de la forte dépendance du pays aux exportations d’hydrocarbures et des importations structurellement élevées. En conséquence, le niveau des réserves en devises a graduellement baissé, pour atteindre un niveau couvrant seulement 12 mois d’importations à la fin de 2020 alors qu’il en couvrait 13,6 mois à la fin de 2019. Afin de fournir aux banques une liquidité supplémentaire pour financer l’économie, la Banque d’Algérie a nettement baissé le ratio des réserves obligatoires à 3 % en septembre 2020 alors qu’il était de 12 % en février 2019. En 2020, l’inflation était de 2,4 %, comparativement à 2 % en 2019. Toutefois, si le gouvernement recourt au financement monétaire du déficit budgétaire, il pourrait sur la durée restreindre l’objectif de la politique monétaire de limiter les flambées inflationnistes. (Télécharger Analyse détaillée Source : Rapport Perspectives Economiques en Afrique 2021 ; AfDB)

Marchés financiers

En Juin 2017, le secteur bancaire en Algérie représentait un total actif de 118 Md$.

Le montant des crédits distribués au secteur privé en 2017 s’établissait à 38 Md$ en Juin 2017.

La bourse d’Alger compte 5 sociétés cotées, représentant, à la fin de l’année 2017, une capitalisation boursière de 0.41 Md$.

Les montants investis par le private equity ont représenté 11 M$.

Pour aller plus loin
Algérie_fr_1_0.png
Statistiques de marchés
Tel:+213 (0)23 49 22 23/24/25
Fax : +213 (0)23 49 22 16